La fête dans tous ses états Infoteuf

La traversée du désert Après la fête

 

Plantons le décor !

  • Le son est coupé mais résonne encore dans nos têtes.
  • « Autour d’un dernier verre, d’un sandwich on continue de partager comme si on ne voulait pas que ça s’arrête ».
  • « L’after, c’est ce que je préfère : on prolonge le plaisir ».
  • Petit à petit on tombe dans les bras de Morphée, épuisé du défoulement de la soirée « l’after c’est pas pour moi ! c’hui crevé ».
  • La fête est finie. C’est pas le tout mais qui conduit, qui démonte la tente ?!?….. ».

Que Faire ?

  • Avant le retour, on récupère, on mange, on se désaltère.
  • En fonction de ton état de fatigue et de tes consommations, estime si tu es apte à conduire. (Tu peux utiliser un éthylotest, si tu as un doute tu n’hésites pas à reporter ton départ…).
  • On est venu ensemble donc on repart ensemble.
  • La « descente » n’est pas vécue de la même façon, tu peux avoir besoin d’être rassuré pour éviter de te sentir mal.
  • On ne doit pas avoir honte de demander de l’aide aux potes, à l’espace prévention, aux secouristes…
  • En cas d’acouphènes (bourdonnement, sifflement) de plus de 24 heures, ne pas hésiter à consulter son médecin traitant et(ou) les urgences ORL de l’hôpital le plus proche.

Que dit la loi ?

  • Obligation de sécu­rité à l’égard des autres, le délais­se­ment d’une per­sonne hors d’état de se pro­té­ger est punie par la loi : Article 223-3 à 223-4 et 223-6 du nou­veau Code Pénal.
  • Pour la conduite, le taux d’alcoo­lé­mie doit-être infé­rieur à 0,50gr/l de sang : (Article R234-1 du code de la Route) et infé­rieur à 0.20g/l sang pour les chauf­feurs de trans­ports en commun.
  • Loi rela­tive à la conduite sous l’influence de stu­pé­fiants Loi n° 2003-87 du 3 février 03, L 235-1 du code de la route.

A qui s’adresser ?

  • Moyens de loco­mo­tion.
    Taxis, navet­tes, covoi­tu­rage.
  • Pour se pro­cu­rer des éthylotests, pré­ser­va­tifs, bou­chons audi­tifs….
    Pharmacie et para­phar­ma­cie, grande sur­face, espace de pré­ven­tion.