La fête dans tous ses états Infoteuf

J’te Kiff ! Moi non plus ! Relation à l’autre

 

Plantons le décor !

  • L’évènement festif est un moment intense de relation aux autres, de partages où le statut social n’a plus d’importance.
  • La fête permet de rompre avec la routine, pour échapper à la pression sociale de la semaine.
  • La fête favorise les rencontres mais l’isolement, l’individualisme et l’indifférence peuvent aussi en faire partie.
  • Le rassemblement d’individus n’ayant pas les mêmes codes culturels peut être source d’enrichissement mutuel mais aussi de tensions.
  • Nos perceptions et nos attitudes peuvent être altérées, modifiées selon notre état général (fatigue, consommations, euphorie…).

Que faire ?

  • Solidarité envers ses potes et les autres même en situation de crise.
  • Anticiper la fin de soirée.
  • Le respect de soi et des autres c’est aussi utiliser du matériel stérile (matériel d’injection, de sniff…) et éviter de l’échanger, même avec les potes.
  • Sur le point de conclure ? Utiliser un préservatif est le meilleur moyen de se protéger.
  • “Écouter l’autre, c’est pouvoir s’entendre” [cf Carl Rogers] Tolérons les différences !
  • Maitriser sa soirée.

Que dit la loi ?

  • Obligation de sécu­rité à l’égard des autres : le délais­se­ment d’une per­sonne hors d’état de se pro­té­ger est punie par la loi : Article 223-3 à 223-4 et 223-6 du nou­veau Code Pénal.
  • La dis­cri­mi­na­tion est punie par la loi : Article 225-1 et 432-7 du nou­veau Code Pénal.
  • La consom­ma­tion de pro­duits stu­pé­fiants est inter­dite par la loi du 31 décem­bre 1970 n°70-1320 rela­tive aux mesu­res sani­tai­res de lutte contre la toxi­co­ma­nie et la répres­sion du trafic et de l’usage illi­cite de sub­stan­ces véné­neu­ses.
  • Pour la conduite, le taux d’alcoo­lé­mie doit-être infé­rieur à 0,50gr/l de sang. Article R234-1 du code de la Route.
  • La vente et l’offre à titre gra­tuit de bois­sons alcoo­li­ques à des mineurs (-18 ans) est inter­dite et punie par la loi : arti­cles L.3342-1, L3353-1, L3353-3 du Code de la Santé Publique.

A qui s’adresser ?